Vers le Carême…

Dans  trois jours, nous entrerons dans le temps du Carême  : nous allons une fois de plus entrer dans le cheminement qui nous mènera à Pâques , pour accompagner les catéchumènes qui se préparent au baptême, pour renouveler nous-mêmes les promesses de notre baptême  et célébrer dans la lumière du Christ ressuscité notre délivrance et l‘annonce de notre propre résurrection.

Il y a cent cinquante ans, en février 1871, des laïcs chrétiens, encouragés par l‘archevêque de Paris, Mgr Guibert, faisaient un vœu, celui d‘édifier une église en l‘honneur du Sacré-Coeur de Jésus pour le remercier de sa protection, lui demander pardon et demander ses grâces. Selon cet  archevêque „ il s‘agissait d‘invoquer sur la France en détresse ( la guerre de 1870 et l‘invasion prussienne) la protection et l‘assistance du ciel“. Il ajoute que“ la pensée expiatoire s‘y trouve aussi“, c‘est-à-dire la pensée que nous sommes tous pécheurs et avons besoin de nous repentir pour obtenir le pardon et la miséricorde de Dieu.

A le même époque le Père Monsabré, du haut de la chaire de Notre-Dame de Paris, dénonce les péchés de la bourgeoisie qui adore l‘argent et les plaisirs du monde et ceux du peuple qui  se laisse trop bercer par les idéologies athées qui se proposent comme seul remède à ses maux, sans compter les efforts des gouvernants pour sortir le pays „ de l‘héritage du Christ“ (sic).

Ce vœu prendra corps  sur la butte de Montmartre de 1873 à 1919 : de puis  la loi déclarant la future basilique  d‘utilité publique  le 24 juillet 1873 à la consécration de l‘édifice le 16 octobre 1919 .

C‘est dans cette église, le Sacré-Cœur de Montmartre, que les évêques de France ont adressé une prière au Sacré-Cœur de Jésus le 8 juin 2020 : prière de mémoire pour tous les morts victimes de la pandémie ; prière de remerciement pour la prière qui n‘a pas cessé durant le temps du confinement, pour les initiatives nombreuses pour pallier l‘absence de messes, pour les gestes fraternels envers les plus démunis, le dévouement des soignants, l‘accompagnement des malades et des familles éprouvées ; prière enfin pour que nous mettions en œuvre  les changements nécessaires pour faire face aux difficultés de l‘avenir, pour rester attentifs à tous et pour annoncer l‘Evangile de la foi, de l‘espérance et de la charité.

Le changement porte un nom dans la vie chrétienne : c‘est la conversion. C‘est le combat contre notre attachement aux idoles de notre temps : le matérialisme et son allié le consumérisme qui nous poussent à toujours vouloir plus et posséder, le mirage de l‘avoir  et du paraître qui étouffe la nécessité d‘être et de partager ; c‘est les idéologies mortifères qui menacent la dignité humaine, le respect de la vie et de la famille, la saine vision du corps et de la sexualité, du travail et de toute activité au service du bien commun. St Paul nous donne un conseil „ Tout ce que vous faites, faites-le pour la gloire de Dieu“ ( I Cor.X,31) et „ la gloire de Dieu, c‘est l‘homme vivant“ ( St Irénée), vivant dans le respect de la loi naturelle, vivant dans l‘amour des réalités éternelles. C‘est enfin le relativisme qui n‘accorde aucune valeur à la vérité et à la foi. Au début de ce carême, nous faisons nôtre la prière du lépreux : „ Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier“ de la lèpre de l‘égoïsme et de l‘orgueil, de l‘avarice et de l‘envie, de l‘impureté et de la tiédeur, du manque de foi et d‘amour.

Le but du Carême, c‘est de nous rendre libres non seulement de toutes les chaînes du péché mais aussi de celles qui nous empêchent d‘ouvrir les yeux, de nous bouger de notre confort et de nous précipiter vers Dieu pour mieux le louer et le prier et vers le pauvre pour mieux l‘aimer et le servir. Tant de mauvaises raisons, d‘hésitations, et de faiblesses nous retiennent de courir au secours du blessé sur notre route pour devenir son prochain ( Luc X,36). Il est intéressant de noter que les deux auteurs du vœu au Sacré-Cœur et les deux premiers artisans du projet de la basilique étaient à la fois de grands priants  et des hommes d‘action au sein tous deux des Conférences de St Vincent de Paul à la suite du bienheureux Frédéric Ozanam. Leurs vies de chrétiens amoureux de la vérité( l‘un d‘eux traduira la Somme Théologique de St Thomas d‘Aquin en français) et très soucieux du progrès social des masses soumises à la misère ont trouvé dans la dévotion au Cœur de Jésus les lumières et les forces pour une vie d‘apôtres du Christ, pleins du désir de „ proclamer et répandre la Bonne Nouvelle“ ( Mc.I,45). La Basilique du Sacré-Coeur est aujourd’hui‘hui pour le monde entier un signe de la présence tutélaire du Christ Sauveur, de la miséricorde du Père et de l‘action toujours sanctifiante de l‘Esprit-Saint . Celui-ci continue à susciter et à soutenir la prière ininterrompue ( même pendant les confinements) des fidèles de l‘Adoration Perpétuelle. Chez nous, le sanctuaire de la Miséricorde nous offre une possibilité de nous unir à cet élan et à cette chaîne de prières. C‘est un effort de Carême qui peut s‘inscrire dans notre désir de conversion.

Abbé Séguy

Laisser un commentaire

icone covid

Un nouveau règlement pour le culte public est disponible. Vous pouvez le visualiser ici.